P.A. 2009-2010-

Salaire décent et profits indécents


Volet 2 : Transparence et reporting social

Lundi 19 février 2007, GRESEA ASBL, 1849 signes.
Cet article a été visité 49 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La négociation salariale du nouvel accord interprofessionnel 2007-2008

Réunissant ce jeudi 15 février 2007 ses militants en vue de réclamer "une marge salariale juste", la CNE Industrie (CSC) les a invités à prendre au mot la récente déclaration guerrière du secrétaire général de la CSC Claude Rollin : "J’exhorte les secteurs à crever la norme salariale."

Et ce, notamment, pour obtenir un meilleur accord interprofessionnel dans deux ans, meilleur donc que l’actuel (2007-2008), qui dispose que la marge indicative pour les augmentations du salaire réel doit tourner autour d’un misérabiliste 0,55% par an – soit presque quatorze fois moins que les gains de productivité Productivité Rapport entre la quantité produite et les ressources utilisées pour ce faire. En général, on calcule a priori une productivité du travail, qui est le rapport entre soit de la quantité produite, soit de la valeur ajoutée réelle (hors inflation) et le nombre de personnes nécessaires pour cette production (ou le nombre d’heures de travail prestées). Par ailleurs, on calcule aussi une productivité du capital ou une productivité globale des facteurs (travail et capital ensemble, sans que cela soit spécifique à l’un ou à l’autre). Mais c’est très confus pour savoir ce que cela veut dire concrètement. Pour les marxistes, par contre, on distingue la productivité du travail, qui est hausse de la production à travers des moyens techniques (machines plus performantes, meilleure organisation du travail, etc.), et l’intensification du travail, qui exige une dépense de force humaine supplémentaire (accélération des rythmes de travail, suppression des temps morts, etc.).
(en anglais : productivity)
(6,8%) sur les richesses produites.

A l’appui de cette revendication – crevons cette norme injuste, réclamons notre dû – le service Service Fourniture d’un bien immatériel, avantage ou satisfaction d’un besoin, fourni par un prestataire (entreprise ou l’État) au public. Il s’oppose au terme de bien, qui désigne un produit matériel échangeable.
(en anglais : service)
d’études de la CNE a produit un document et un argumentaire de combat, qui montre, entre autres, que la spirale compétitive conduit à une mise en concurrence sans fin des travailleurs européens, que les salaires belges ont baissé en moyenne de 3% au cours de la décennie passée (et c’est autant de perdu pour la sécurité sociale), que les profits d’entreprise ne cessent d’augmenter (dérisoires impôts des sociétés aidant) mais aussi... que la fameuse loi de compétitivité de 1996 permet, en son article quatorze, de "prendre des mesures de modération équivalente des dividendes, des tantièmes, des loyers et des autres revenus"... A quand, en effet, une modération des revenus du capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
 ? C’est un document qui mérite une large diffusion. Le voici.

Les ONG de solidarité international se préparent actuellement à une campagne sur le "travail décent". Un travail décent, c’est, d’abord, un juste retour sur les richesses produites pour ceux et celles qui les ont produites.