La gratuité monopolistique de Google


Mardi 14 février 2012, Erik Rydberg, 1126 signes.
Cet article a été visité 459 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Google est le moteur de recherche dominant, c’est-à-dire dominateur. C’est ce que les utilisateurs du moteur alternatif Scroogle (http://scroogle.org/ ) ont découvert à leurs dépens. Scroogle, c’est du "point.org", pas du "point.com(mercial)" – et offre l’énorme avantage de connecter l’utilisateur au moteur Google, mais débarrassé de ses "cookies" (puces espionnes), de ses pubs et, mieux encore, sans vous "pister" comme un client potentiel. Mais, donc, Google n’apprécie pas. Et de temps à autre bloque manu militari les serveurs de Scroogle pour les rendre inaccessibles. C’est l’occasion pour Scroogle de rappeler que Google traite un milliard de recherches par jour, contre 350.000 pour Scroogle. Que Google possède 900.000 serveurs tandis que Scroogle loue les services de six serveurs bas de gamme. Que Google a quelque 45 milliards de dollars sur son compte en banque alors que Scroogle, reconnu comme une association d’intérêt public, survit grâce à des donations d’environ 43 dollars par jour. Scroogle est un nain. Google, d’évidence, n’aime pas les nains.

Source : Scroogle, 11 février 2012