Gresea Echos n°29, 2-2001

Financement du développement


Des mots et des maux

Vendredi 29 juin 2001, Anne Peeters, 7049 signes.
Cet article a été visité 190 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Des mots et des maux
Reflet de l’économie mondiale, le constat s’impose : les flux financiers qui financent le développement, s’ils se sont accrus quantitativement, ont changé profondément de nature. Pareils aux grandes tendances de l’économie internationale, ils sont devenus essentiellement privés.

En tentant de donner un semblant d’explication à ce processus, on peut poser une première hypothèse, celle, assez basique, d’un prolongement logique des politiques d’ajustement structurel imposées aux pays endettés dans le courant des années 90. Ces politiques, faut-il le rappeler, prônaient l’ouverture des frontières étatiques aux capitaux étrangers - donc privés -, une diminution des importations et une augmentation des exportations .

Mais, le changement de la nature des flux financiers du développement est allé de pair avec un renforcement d’une
logique « tout au gagnant ». C’est ainsi que l’examen de la destination de ces flux montre clairement qu’ils se dirigent de plus en plus, et majoritairement, vers l’Asie, au détriment de l’Afrique. On constate aussi une différence de taille selon la nature économique des pays. Ainsi, les pays pétroliers seraient mieux — et de mieux en mieux — servis que les autres. On pourrait s’en étonner, compte tenu de l’avenir limité de l’énergie pétrolière, on peut également donner un semblant d’explication à ce phénomène par le fait que les entreprises pétrolières — qui par ailleurs se diversifient vers d’autres secteurs que celui très strict de la production énergétique —, occupent toujours le haut du classement dans la liste établie annuellement par la conférence des Nations unies pour le Commerce et le Développement (CNUCED), avant les industries automobiles et chimiques, et bien avant les électroniques et les métallurgiques ou d’autres secteurs encore .

Au vu de ces données, on pourrait légitimement se demander si l’heure de l’aide publique au développement (APD) n’a pas simplement sonné. C’est ce que certains interprètent un peu rapidement, arguant d’un soi-disant manque d’efficacité de l’aide au développement publique. Cela revient à se demander si l’aide privée n’est pas plus efficace que l’aide publique et donc, inévitablement, si l’aide, quelle qu’elle soit, répond bien à des besoins identifiés comme tels.

Certains, à l’instar de Quenan, économiste, plaident pour une progression des flux d’origine privée déduisant qu’ils auraient un effet positif sur le relâchement de la contrainte extérieure qui alourdit tellement la dépendance de pays du Sud. Il propose dès lors de multiplier les fonds de capitaux et d’encourager les placements éthiques. La taxe Tobin semble bel et bien se situer dans cette mouvance.

A priori, on peut se dire que l’efficacité n’a pas la même définition pour tous sans doute. Une aide privée ne répondra jamais qu’à ses besoins propres, à ses attentes et à ses aspirations, qui restent liés à des objectifs de marché. Et l’on sait les résultats d’une logique de développement axée sur le marc h é , logique basée sur le postulat, fondamentalement faux, de l’égalité de l’épargne globale et des investissements locaux. Une aide publique suppose que l’on admette une fois pour toutes qu’il y ait des biens publics internationaux qui posent la question de l’action collective et que l’aide doit se tourner avant tout vers le développement social.

Les entreprises semblent aujourd’hui s’être insérées ou tenter de s’insérer dans ce qui reste d’espace public et l’aide publique au développement n’a pas échappé au processus. En Belgique, leur association à quelques ONG et syndicats, dans le cadre du Corporate Funding Program, en est une illustration.
En Europe, s’est posée la question de la « subsidiarité » ou du bon niveau de l’action publique. La crise asiatique a révélé la teneur de ces débats. Tenus longtemps pour des modèles par les partisans du développement par le libre-échange généralisé, les pays asiatiques ont connu un échec foudroyant. Si certains ont voulu voir la cause de cette crise dans la conjonction de différents facteurs, d’autres lui préfèrent une explication systémique et internationale.

La primauté à l’aide publique au développement reviendrait en quelque sorte à admettre le principe de la course à handicap pour les pays les plus pauvres. Elle s’accommoderait de visées internationalistes, keynésiennes et même, d’un paternalisme en vigueur dans certains milieux libéraux.

Le développement économique passe en principe par la mobilisation de ressources financières. Or, la localisation de
ces ressources dans le Sud met le Nord en face de lourdes responsabilités.
Si l’on excepte un certain nombre de pays qui, de par la géographie humaine, peuvent souffrir de handicaps tels que leur seule existence nécessite une réponse collective, un grand nombre de pays en développement produisent des richesses. Mais cette production passe par des intermédiaires . Que l’on songe à l’Angola, au Congo ou au Nigeria. L’or de ces pays-là se trouve, pour faire court, sur le compte d’actionnaire s de grandes compagnies basées au Nord.

On peut aussi rétorquer à ceux qui, à l’instar d’un ancien m i n i s t re belge et d’un ex-Premier ministre français, plaidaient, de façon très intéressante, pour la mobilisation de l’épargne locale, que la vraie épargne des pays concernés se trouve en réalité dans des banques suisses, sur des comptes numéro t é s .

En bref, le débat sur le financement du développement est en réalité celui de la croissance et de son utilité face aux besoins des populations. C’est donc aussi autre chose qu’un simple débat technique.

Sommaire :

  • Financement du développement :des mots et des maux / Anne Peeters
  • Le développement a aussi une histoire/ Brahim Lahouel
  • Le paradigme du développement / Samir Amin
  • Placement ou déplacement éthique ? / Nicolas Bardos-Feltoronyi
  • Singularité africaine et valeurs transculturelles / Mamadou Diouf
  • Financement du développement et conditionnement. Le FMI et les pays africains / Omar Saîp Sy
  • Le financement du développement : la politique de la Belgique
  • Le financement du développement : Savez-vous que ...
  • Pour en savoir plus ...
  • ’Um outro mundo e possivel’ - Un autre monde est possible. Davos contre Porto Alegre / Thierry Kesteloot
  • A lire ...
  • Agenda

 


Télécharger ce numéro :
PDF - 553.8 ko

 

Commander ce numéro
Veillez à précise le n°.

 


 

Abonnez-vous à notre revue "Gresea Echos"

[*Abonnement annuel : 8 € hors frais de port*]