Kraft Foods Herentals agit sur délation


Lundi 18 octobre 2010, Erik Rydberg, 1392 signes.
Cet article a été visité 196 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

L’usine de biscuits LU à Herentals, passée sous la coupe de Danone puis, 2008, sous celle de Kraft Foods, a connu un conflit social à la suite du renvoi d’un travailleur qui, malgré ses 28 ans dans la maison, s’est vu licencié du jour au lendemain. C’est le motif du renvoi qui, en plus de soulever la colère de ses 1.100 collègues et l’action de grève des syndicats, mérite d’être médité. Il a été renvoyé, et c’est noir sur blanc sur son C4, pour "mauvaise collaboration". Ce qui n’est pas consigné dans son dossier, par contre, est que ce mauvais signalement repose sur une dénonciation anonyme d’un collègue, pratique que, de l’avis des syndicats, la direction encouragerait au point de la systématiser comme un "outil" normal dans la gestion du personnel. Normal et en voie de banalisation, à entendre Luc Sels, professeur en "management des ressources humaines" à l’Université catholique de Louvain. Cette forme de délation est en passe de devenir intégrée dans l’évaluation du personnel : "Elle est même, et de plus en plus, recommandée au titre de bonne pratique." Voilà qui laisse rêveur. (Le travailleur a été réintégré sur un autre site avec maintien de tous ses droits grâce à l’action syndicale.)

Source : De Standaard, 7 octobre 2010 et Solidaire du 14 octobre 2010.