Amazon, monopole absolutiste ?


Jeudi 1er mars 2012, Erik Rydberg, 1702 signes.
Cet article a été visité 298 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La concentration – la constitution de monopoles – est un phénomène dont on n’aperçoit en général que trop tard les inconvénients. Voir le cas du bouquin. Aux Etats-Unis, il y a un quart de siècle de cela, les cinq plus grands éditeurs ne contrôlaient que quelque 30% du marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
. Aujourd’hui, le géant de la vente en ligne Amazon (en passe de devenir également éditeur) assure, là-bas, à lui seul 20% des ventes – et ce chiffre monte à 70-80% pour les livres en format électronique. Déjà, cela a donné lieu à quelques dérapages. En 2010, la maison d’édition Macmillan a résisté au diktat d’Amazon qui voulait imposer à tous les éditeurs un prix de vente unique de 9,99 dollars (7,5 euros) pour tous les "e-bouquins" vendus par son entremise. Donc, interdiction, de facto, faite aux éditeurs de fixer leur propre prix. Et, plus sournois : message massue en direction des "consommateurs" qui, forcément, seront amenés à penser que 9,99 dollars est le "juste" prix d’un bouquin, prix au-delà duquel les autres éditeurs n’oseront pas aller de crainte de paraître trop chers. Mais, donc, Macmillan refuse. Mal lui en a pris. Du jour au lendemain, Amazon a retiré tous les produits Macmillan de son catalogue de vente : tu cèdes ou tu meurs. Amazon est, peu après (provisoirement ?), revenu sur sa décision – mais uniquement pour les "e-bouquins" : le prix des autres, traditionnels, en papier, restent fixés par Amazon dans ses catalogues. Une morale : si les gens ne boycottent pas Amazon aujourd’hui, ils n’auront, demain, qu’un choix, qu’un éditeur : Amazon.

Source : Barry C. Lynn, "Killing the competition", Harper’s Magazine, février 2012.





-->