Lettre d’info du Gresea n°54


Janvier 2012

Mardi 14 février 2012, Bruno Bauraind, 6145 signes.
Cet article a été visité 167 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

 

 Le Gresea sur Facebook

On l’annonce valorisé dans une fourchette allant de 75 à 100 milliards de dollars. Le dossier IPO Facebook sera bouclé par un consortium Consortium Collaboration temporaire entre plusieurs entreprises à un projet ou programme dans le but d’obtenir un résultat.
(en anglais : consortium)
de 5 banques pilotées par Morgan Stanley. Pas mal, pour un produit gratuit. Sans valeur ? Pas vraiment apparemment.

Si le Gresea n’attend pas vraiment de retombées positives de l’introduction en bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
du plus grand réseau social au monde, il ne pouvait éviter d’y porter le fer de la pensée alternative en économie.

Alors, "aimez"-nous via l’icône ci-dessous :

 

 Observatoire des Entreprises:Continental, Lejaby ...

Le 16 janvier 2012, Michel Letupe, ex-conti, s’est jeté sous un train. En Europe occidentale, les "ex-conti" sont légion. Autriche, Belgique, France, la stratégie du groupe allemand visant, depuis le début des années 90, à produire des pneus au moindre coût ne cesse de contribuer à la désertification industrielle de régions entières. Et, comme pour Michel Letupe, les politiques de reclassement ambitieuses parfois, cyniques souvent, ne contribuent pas toujours à améliorer la situation des milliers de travailleurs licenciés.

Des pneus à la lingerie, il n’y a qu’un pas. Pour les couturières de Lejaby (les ex-Lejaby ?), c’est en effet un peu la même histoire. Depuis 1965, à chaque nouvel actionnaire Actionnaire Détenteur d’une action ou d’une part de capital au minimum. En fait, c’est un titre de propriété. L’actionnaire qui possède une majorité ou une quantité suffisante de parts de capital est en fait le véritable propriétaire de l’entreprise qui les émet.
(en anglais : shareholder)
correspond des fermetures d’usines et une production toujours plus délocalisée. Des 450 travailleuses encore en activité en 2010, il en reste 93 aujourd’hui. Ces dernières portaient un projet de coopérative mais, même produit en Tunisie, le soutien-gorge "made in France" est porteur de profit.

Ont également été traités en ce mois de janvier : Carrefour et SRAM.

 

 L’attaque frontale contre les salaires est silencieuse

La « gouvernance économique », euphémisme désignant dans l’euro-jargon les politiques d’austérité Austérité Période de vaches maigres. On appelle politique d’austérité un ensemble de mesures qui visent à réduire le pouvoir d’achat de la population.
(en anglais : austerity)
soufflées par la Banque centrale Banque centrale Organe bancaire, qui peut être public, privé ou mixte et qui organise trois missions essentiellement : il gère la politique monétaire d’un pays (parfois seul, parfois sous l’autorité du ministère des Finances) ; il administre les réserves d’or et de devises du pays ; et il est le prêteur en dernier ressort pour les banques commerciales. Pour les États-Unis, la banque centrale est la Federal Reserve (ou FED) ; pour la zone euro, c’est la Banque centrale européenne (ou BCE).
(en anglais : central bank ou reserve bank ou encore monetary authority).
européenne, a fait des salaires son nouveau cheval de bataille. C’est une expropriation Expropriation Action consistant à changer par la force le titre de propriété d’un actif. C’est habituellement le cas d’un État qui s’approprie d’un bien autrefois dans les mains du privé.
(en anglais : expropriation)
en règle des syndicats. Mise en perspective d’une « révolution silencieuse » de facture néolibérale. Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

 La crise, entre implosion et explosion

L’explication courante de la crise en zone euro ? La faute aux "mauvais élèves" méridionaux ! La faute à l’endettement public ! Cela ne tient pas route. Pire, ce type d’analyse, de signature européenne, conduit droit au mur. Il faut aller aux faits. Décodage.

 

 Agences de notation Notation Classification des actifs (titres, monnaie, prêts...) ou des émetteurs de ceux-ci en fonction du risque de défaut de paiement des revenus et du remboursement de ces actifs ou de la part de celui qui les émet. Cette classification est attribuée par une société privée, appelée agence de notation. Les trois plus importantes sont Fitch Ratings, [Moody’s et Standard & Poor’s. Elles contrôlent l’essentiel des évaluations de risque. Mais le fait qu’elles soient privées et qu’elles aient d’autres départements assurant d’autres fonctions vis-à-vis de leurs clients qu’elles notent pose un très sérieux problème d’indépendance, d’impartialité et finalement de légitimité. Les notations dépendent des sociétés qui les allouent. En général, elles ressemblent néanmoins fortement de la classification suivante, allant de l’actif ou de l’entreprise la moins risquée vers celui ou celle qui l’est le plus : AAA, AA, A, BBB, BB, B, CCC, CC, C.
(en anglais : credit rating).
et corruption

Plus un jour sans que les oracles des agences de notation Notation Classification des actifs (titres, monnaie, prêts...) ou des émetteurs de ceux-ci en fonction du risque de défaut de paiement des revenus et du remboursement de ces actifs ou de la part de celui qui les émet. Cette classification est attribuée par une société privée, appelée agence de notation. Les trois plus importantes sont Fitch Ratings, [Moody’s et Standard & Poor’s. Elles contrôlent l’essentiel des évaluations de risque. Mais le fait qu’elles soient privées et qu’elles aient d’autres départements assurant d’autres fonctions vis-à-vis de leurs clients qu’elles notent pose un très sérieux problème d’indépendance, d’impartialité et finalement de légitimité. Les notations dépendent des sociétés qui les allouent. En général, elles ressemblent néanmoins fortement de la classification suivante, allant de l’actif ou de l’entreprise la moins risquée vers celui ou celle qui l’est le plus : AAA, AA, A, BBB, BB, B, CCC, CC, C.
(en anglais : credit rating).
ne soient relayés par les agences de presse et les chaînes de télévision. Le monde de la notation, malgré une capacité de nuisance évidente, reste encore relativement méconnu. Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

 Tout le pouvoir aux soviets !

Dans le schéma classique, l’entreprise, c’est très déséquilibré. Il y a un employeur et des employés, un patron et des travailleurs. L’idée d’un licenciement collectif du premier cité est ancienne. Pour preuve, le mouvement coopératif. Tour d’horizon d’un concept controversé. Pour en savoir plus sur "l’idée" coopérative, cliquez ici.

 

 La participation : c’est pour mieux te manger mon enfant

Concept piégé que celui de la participation. S’en trouve occultée, la question du pouvoir. La Banque mondiale Banque mondiale Institution intergouvernementale créée à la conférence de Bretton Woods (1944) pour aider à la reconstruction des pays dévastés par la deuxième guerre mondiale. Forte du capital souscrit par ses membres, la Banque mondiale a désormais pour objectif de financer des projets de développement au sein des pays moins avancés en jouant le rôle d’intermédiaire entre ceux-ci et les pays détenteurs de capitaux. Elle se compose de trois institutions : la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), l’Association internationale pour le développement (AID) et la Société financière internationale (SFI). La Banque mondiale n’agit que lorsque le FMI est parvenu à imposer ses orientations politiques et économiques aux pays demandeurs.
(En anglais : World Bank)
l’a bien compris. Essai de généalogie dans une perspective tiers-mondiste.

 

 Glencore et la chasse gardée des matières premières

Les "traders" – marchands – de matières premières opèrent le plus souvent dans l’obscurité. La plupart des entreprises sont peu connues. Il est impossible de savoir comment elles amassent des fortunes. La plus grande d’entre elles, Glencore, ouvre en partie son capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
à des investisseurs extérieurs. Une opportunité pour faire la lumière sur ces traders "ultrapuissants". Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

 La Chine subsaharienne. Fantasy et/ou réalité

Au-dessus de l’Afrique, une étoile rouge. C’est bien sûr un clin d’œil. La Chine, aujourd’hui, est la seconde économie mondiale et elle investit à l’étranger. Elle a, par là, ravi aux États-Unis la première place en tant que "partenaire" commercial de l’Afrique. Derrière cette lame de fond, une question : le "consensus de Bejing" est-il une alternative au "consensus de Washington" pour le continent africain ? Essai de clarification.

Pour commander le Gresea Echos n°68, cliquez ici.

 

 Seul compte le fric

Les implants mammaires défectueux remboursés à grands frais par le trésor public ont défrayé la chronique. L’explication de Jean-Claude Maes, patron de la société incriminée PIP, vaut le détour : "Pourquoi avoir utilisé ce type de produit ? Parce que nous étions une entreprise avec des objectifs économiques et parce que le management d’entreprise cherchait à produire au meilleur coût." Spéculation Spéculation Action qui consiste à évaluer les variations futures de marchandises ou de produits financiers et à miser son capital en conséquence ; la spéculation consiste à repérer avant tous les autres des situations où des prix doivent monter ou descendre et d’acheter quand les cours sont bas et de vendre quand les cours sont élevés.
(en anglais : speculation)
ou silicone, encore une fois, la socialisation des pertes ! Pour en savoir plus, voyez notre newsflash n°94.