On peut sans doute parler d’une ascension fulgurante. Lorsque le Chinois Lenovo s’est emparé de la division "ordinateurs personnels" de l’États-Unien IBM en décembre 2004 pour environ 1,25 milliard de dollars, l’opération laissait plus d’un sceptiques. Entre-temps, cependant, en octobre 2012, Lenovo est passé numéro un mondial en supplantant, avec 15,7% des parts du marché mondial en volume, l’ex-leader Hewlett-Packard (15,5%) et, plus encore, Dell (10,5%). Mieux : alors que la plupart des fabricants de PC états-uniens ont délocalisé leur outil de production, Lenovo, lui, a choisi d’y ouvrir une usine, en Caroline du Nord, à proximité de la dernière usine de Dell sur sol national, fermée en 2010. Tout un symbole... Avec un chiffre d’affaires au premier trimestre 2012 de 8 milliards de dollars, en progression de 35% sur un an, Lenovo a donc réussi, en quatre ans, à doubler sa part mondiale du marché. Très présent en Chine, d’où il tire encore 44% de ses revenus, Lenovo s’est étendu, depuis, en direction des pays en développement, dont le Mexique, où il possède depuis 2007 une usine. L’Europe ? On verra.

Sources : Les Échos des 3 et 12 octobre 2012 et archives Gresea.