Les actionnaires l’ont approuvé : Glencore et Xstrata fusionnent. La nouvelle combinaison "Glenstrata" vaudrait 67 milliards d’euros, elle réalise un chiffre d’affaires qui dépasse les 209 milliards de dollars (162 milliards d’euros). Ensemble, Glencore et Xstrata sont le quatrième producteur et marchand de matières premières du monde. Reste l’approbation des autorités de la concurrence, entre autres de l’Union européenne. Parce que les risques de cette fusion sont nombreux. Glencore et Xstrata sont déjà étroitement liés, Glencore étant l’actionnaire majoritaire avec 34% de Xstrata. Ensemble ils exercent un monopole sur le marché du zinc. Ce métal est indispensable. Il sert surtout à galvaniser des surfaces métalliques. Or, la nouvelle Glenstrata prendrait la moitié du marché européen du zinc. Pour que la Commission européenne donne son accord à la fusion, Glencore diminuerait ses positions dans la commercialisation du zinc. Glencore pourrait en effet lâcher un contrat avec la société minière belge Nyrstar. Ce ne serait qu’un geste (mineur). En 2008, Nyrstar a confié la vente de 350.000 tonnes de zinc par an à Glencore. L’année suivante Glencore devenait l’actionnaire de référence de Nyrstar (il y détient 7,79% des actions). La société belge Nyrstar a hérité des activités dans le zinc d’Umicore (ex-Union Minière du Haut Katanga). Nyrstar est le numéro 1 de la production de zinc au monde. Les concurrents de Glencore se précipitent. Aussi bien le marchand belge Traxys que l’hollando-suisse Trafigura voudraient reprendre le contrat de vente avec Nyrstar que Glencore lâcherait. Ce contrat représente une valeur de quelque 700 millions de dollars par an. Selon certains, Glencore pourrait même vendre son intérêt dans Nyrstar. Est-ce que cela ferait mal à Glencore ? Du tout. Ce géant se renforce ailleurs. Ce mois encore, il a acquis la division européenne de manganèse du groupe Vale du Brésil. Et, au Canada, Glencore achète Viterra, important marchand de matières premières agricoles. Les actionnaires de Viterra ont massivement plié devant l’offre faite par Glencore. Ceux de Xstrata se prononcent aujourd’hui - 22 novembre 2012 - sur ce que d’aucuns appellent la fusion de l’année.

Source : Financial Times (dates multiples) et documentation Gresea.