Belle illustration des effets boule-de-neige à l’intérieur des chaînes d’approvisionnement des entreprises-réseau. Le géant de la distribution mondiale Wal-Mart vient de décider, début 2006, de réduire ses coûts d’inventaire de six milliards de dollars d’ici à la fin de l’année, ceci afin de booster ses marges de profits. Effet domino immédiat, vu que bon nombre des plus grands noms de l’industrie des biens de consommation courante réalisent entre 10 et 30 % de leur chiffre d’affaires aux Etats-Unis via Wal-Mart. C’est le cas, par exemple, du géant mondial des biens de consommations Procter & Gamble (16% des ventes via Wal-Mart), du fabricant de jouets Hasbro (24%), de la société de lingerie Playtex (28%), du fabricant de piles Spectrum Brands Inc. (18%) ou du fabricant de cosmétiques Revlon (24%). Le résultat ne s’est pas fait attendre puisque le titre de Procter & Gamble a chuté de plus de 3 % le 14 mars 2006 et que celui de Spectrum a connu une perte de …28 % de sa valeur le 6 avril de la même année. La politique de Wal-Mart, qui prévoit une réorganisation du système de distribution sous le signe du "stock zéro" et du "just in time", ne sera pas sans conséquence, par ailleurs, sur l’environnement. Le transport routier n’est pas réputé non polluant.

Source : The Wall Street Journal 28/04/06.