David Calhoun (ex-General Electric) vient de dévoiler un plan de restructuration du groupe hollandais VNU, éditeur et leader mondial des études de marché et des mesures d’audience avec sa filiale ACNielsen, qui coûtera 4.000 emplois. Bizarrement ou non, cette restructuration prend place 6 mois à peine après le rachat de VNU (qui a 5 filiales en Belgique) par un consortium de six fonds spéculatifs, connu sous le nom de Valcon et comprenant Carlyle, Blackstone, AlpInvest Partners, Hellman & Friedman, Kohlberg Kravis Roberts et Thomas H. Lee Partners. Hasard ou non, VNU vient également de confirmer la vente prochaine de sa division européenne à 3i, un autre fonds d’investissement... Vous avez dit économie monopoly ? Pourquoi faire un lien entre rachat par un fonds d’investissement et restructuration ? Les fonds d’investissements sont des organismes collectifs de détention d’actifs financiers à vocation, le plus souvent, purement spéculative. En règle générale, ces fonds achètent, s’emparent et "synergisent", mais pour quelques années seulement. En effet, ces acteurs, produits de la dérégulation du système financier international et du bas loyer de l’argent (politique des banques centrales), se concentrent uniquement sur la plus-value (business is superprofits !) au détriment de toute préoccupation d’ordre social ou productif. L’objectif est de rendre rapidement une entreprise, achetée à bas prix, la plus compétitive possible pour, ensuite, la vendre en tout ou en morceaux avec de "grosses" plus-values. Ces dernières permettent en outre d’attirer d’autres "amis spéculateurs" qui viennent grossir le capital du groupe. La boucle est bouclée, le sort des travailleurs aussi.

Source : Financial Times du 19 décembre 2006 et Le Monde du 24 mai 2006.