Les ONG belges de solidarité internationale s’apprêtent à mener campagne sur le thème du "travail décent". Une première assemblée de réflexion, tenue le 19 mai 2006 à la Confédération mondiale du travail et à laquelle Mateo Alaluf avait été associé, a mis en évidence la nécessité de savoir, d’abord, de quoi on parle.
Le "travail décent" est un concept – un slogan de ralliement – porté par l’Organisation internationale du travail, l’institution phare au plan mondial en matière du droit du travail, à composition paritaire, il réunit patrons et syndicats, l’eau et le feu. C’est un concept qui a un contexte. En vrac : la nouvelle division internationale du travail avec ses délocalisations, la mise en concurrence mondiale des travailleurs, la quête de masses corvéables dans le Tiers-monde, la pression à la baisse sur les salaires, un système économique insoutenable, jamais axé sur les besoins, toujours à la recherche de nouveaux marchés, tout marchandiser. C’est une réalité que chacune et chacun vit quotidiennement dans sa chair. Volkswagen Forest est venu le rappeler avec une extrême brutalité. Au Forum social mondial, janvier 2007, à Nairobi, les syndicats internationaux ont entre autres épinglés, parmi les défis prioritaires, la zone de non droit que représente le travail "informel" (80% de l’emploi dans le monde, 20% en Belgique), c’est-à-dire le travail non contractualisé, auquel il conviendrait d’ajouter – c’est tendance – le travail mal contractualisé : les intérimaires, les temps partiels, les contrats à durée déterminée.. C’est, en d’autres termes, pour bien situer les choses, la guerre civile séculaire entre Capital et Travail.
Encore faut-il, là encore, s’entendre. Capital et Travail, comme rappelle Bertell Ollman, doivent être conçus "comme des aspects l’un de l’autre", comme des "expressions de la même relation, mais vues de ses différents pôles". Le Capital ne saurait en effet vivre sans le Travail, qui est sa créature (sous la forme du travail salarié), et inversement, pas de salariat sans capital : couple maudit, historiquement déterminé, transitoire, qu’il faudra un jour dépasser, reléguer au musée des curiosités humaines.

[Bertell Ollman, La dialectique mise en œuvre, 1993, traduction : éd. Syllepse, 2005.]

Groupe "Travail Décent"

Nos interventions 2009

Nos interventions 2008

Articles