Projet 2013-2014

Projet 2013-2014
Un autre modèle d’entreprise pour un autre développement

Depuis 2009, le Gresea mène, avec le concours de la Direction Générale du Développement (DGD), un travail de sensibilisation et de formation aux problématiques liées à l’entreprise transnationale Transnationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : transanational)
et au développement, avec pour objectif la promotion de l’emploi décent. Après avoir mené un travail de sensibilisation aux mécanismes existants de régulation de l’entreprise transnationale Transnationale Entreprise, généralement assez grande, qui opère et qui a des activités productives et commerciales dans plusieurs pays. Elle est composée habituellement d’une maison mère, où se trouve le siège social, et plusieurs filiales étrangères.
(en anglais : transanational)
en 2009 et 2010, la seconde phase nous a conduits, lors d’une série de sessions de formations, à interroger le caractère systémique des chaînes d’approvisionnement Nord-Sud et leurs effets sur le monde du travail. En 2013 et 2014, la dernière étape de ce projet à 6 ans doit nous permettre de boucler la boucle, en développant et animant une série de formations sur les alternatives au modèle d’entreprise aujourd’hui dominant dans les relations économiques internationales.

Module de formations :

« De l’accompagnement à la rupture : quelles stratégies face à l’entreprise transnationale ? »

La crise bancaire et économique que nous traversons actuellement en Europe avec son lot de restructurations est aussi le résultat de la défaillance d’un modèle d’entreprise. Au nom de la valeur actionnariale, l’entreprise a depuis plusieurs décennies changé de morphologie : disparition du « patron », internationalisation et fragmentation des chaînes d’approvisionnement, financiarisation Financiarisation Terme utilisé pour caractériser et dénoncer l’emprise croissante de la sphère financière (marchés financiers, sociétés financières...) sur le reste de l’économie. Cela se caractérise surtout par un endettement croissant de tous les acteurs économiques, un développement démesuré de la Bourse et des impératifs exigés aux entreprises par les marchés financiers en termes de rentabilité.
(en anglais : securitization ou financialization)
du mode de gestion. Paradoxalement, l’entreprise du 21e siècle se caractérise autant par un pouvoir économique sans partage sur la scène internationale que par une instabilité chronique de son périmètre. La disparition progressive de cette dernière comme lieu de la relation employé-employeur au profit d’un centre de décision visant la seule mise en valeur des capitaux est aujourd’hui un défi majeur posé au monde du travail et, plus généralement, aux organisations de la société civile. Les conséquences désastreuses des processus de restructurations en cours en Europe sur le monde du travail et le développement socio-économiques des territoires en sont l’illustration.
C’est pourquoi le Gresea propose un module de formations visant à discuter des alternatives à ce modèle d’entreprise.
Il ne s’agit pas de proposer, à la manière du « build it your-self », une entreprise « responsable » en kit. En s’adossant à différentes expériences historiques, l’objectif de ce module est de discuter des stratégies permettant aux travailleurs de se réapproprier l’entreprise, entendue alors comme une organisation productive dont les rouages essentiels sont les collectifs de travail.
Ce module de formations s’adresse à un public de syndicalistes ou de citoyens désirant approfondir leur connaissance critique de l’entreprise.
Pour de plus amples informations, contactez le Gresea :
Email.
Tél : (+32) 02 2197076.
Bruno Bauraind.

Nouveau documentaire

Avec le Vent – Comment les Congolais vivent avec les mines et l’investissement Investissement Transaction consistant à acquérir des actifs fixes, des avoirs financiers ou des biens immatériels (une marque, un logo, des brevets…).
(en anglais : investment)
étranger

 

Raf Custers interviewé par Kanaal-Z ce mardi 20 août 2013 dans le cadre de l’avant-première de son documentaire "Avec le vent"


 

"Avec le Vent" est le titre Titre Morceau de papier qui représente un avoir, soit de propriété (actions), soit de créance à long terme (obligations) ; le titre est échangeable sur un marché financier, comme une Bourse, à un cours boursier déterminé par l’offre et la demande ; il donne droit à un revenu (dividende ou intérêt).
(en anglais : financial security)
d’un nouveau documentaire produit par le GRESEA, le Groupe de Recherche pour une Stratégie Économique Alternative.

Il a été tourné en avril 2013 en République Démocratique du Congo, essentiellement dans la province minière du Katanga.

Il met en relief les progrès de l’industrie minière au regard du quotidien des Congolais. L’un ne va visiblement pas de pair avec l’autre. Des grands avantages ont été accordés aux investisseurs. Mais les effets négatifs de l’industrie ne sont pas maîtrisés et la population en souffre. Tandis que le cuivre et le cobalt sont extraits des mines pour nourrir l’économie mondialisée, les Congolais toussent. Une révision du cadre légal (le Code minier) est en cours et permettrait de pallier les défauts et dérives de la situation actuelle. Il faudrait pour cela que la loi soit plus restrictive et… qu’on touche aux intérêts Intérêts Revenus d’une obligation ou d’un crédit. Ils peuvent être fixes ou variables, mais toujours déterminés à l’avance.
(en anglais : interest)
des investisseurs tant sollicités. Un autre dossier sensible.

Contexte

En 2015 les politiques œuvrant pour le développement vont, pour ainsi dire, "changer de carrosserie". Elles adopteront une nouvelle liste d’objectifs. Les Objectifs du Millénaire pour le Développement seront remplacés par les Objectifs de Développement Durable. Quels seront ces ODD ? C’est le sujet de discussion "à haut niveau".

Le documentaire Avec le Vent interroge les concepts clés de ce débat fondamental. Le film explore l’industrie minière du Congo, un environnement "riche" en conflits mais aussi en illusions que nous tentons de déconstruire. C’est que nous utilisons communément et sans trop réfléchir la notion de développement durable. Le Congo, et surtout son secteur minier en ébullition continue, nous montre que la notion a ses limites. Elle est trop étroite pour fonder un développement au profit de tous.

Pour le GRESEA, la réalisation de ce documentaire fait partie de ses actions de recherche et de sensibilisation autour de l’Autre Entreprise, un programme subventionné par la Direction Générale au Développement du gouvernement fédéral.

Fiche technique

Documentaire, 2013, 36 min, Français.

Réalisation : Raf Custers.

Recherche : Raf Custers, Romain Gelin.

Caméra : Idriss Gabel.

Montage : Guido Welkenhuysen.

Production : Le Gresea, Les Films de la Passerelle.

Avec le soutien de la Direction Générale au Développement.

Nous remercions Leona Dahlman et Elisabeth Masika Sekanabo (traductions), Gérard de Sélys (voix), Jean-Luc Straunard, Média-Animation (enregistrement voix) ; l’ambassade de la RDC à Bruxelles, l’ambassade et le consulat belges en RDC ; prof. Célestin Banza Lubala Nkulu (Toxicologie - UNILU, Lubumbashi), prof. Mylor Ngoy Shutcha (Agronomie - UNILU), prof. Benoît Néméry (Toxicologie - KUL), dr. Thierry De Putter (Géologie - MRAC), dr. Benjamin Rubbers (Anthropologie - ULB) ; en Belgique : les syndicats CSC et FGTB et les coupoles CNCD et 11.11.11 ; au Congo : les Ong Etoile du Sud, Kanyundu et RRN, la FEC, les journalistes Marcel Kalonji et Carlo Ngoma (RTMA-Kolwezi).

Contact :

Raf Custers & Romain Gelin.

GRESEA, Groupe de Recherche pour une Stratégie Economique Alternative :

11, rue Royale, 1000 Bruxelles.

Tél : (+32) 02 2197076.

Fax. (+32) 02 219 64 86.


Cliquez ici pour visionner le film en français.

Cliquez ici pour visionner le film en néerlandais.

Email

http://www.gresea.be
www.facebook.com/pages/Gresea/125034710901545